Les géoparcs mondiaux
de l'Unesco

Qu’est-ce qu’un Géoparc ?

La notion de Géoparc mondial de l’UNESCO émerge dans les années 90. Puisant ses racines au sein même de l’actuel #1UNESCO Géoparc de Haute-Provence, elle est le fruit d’une longue maturation et de l’engagement sans faille de #2géologues passionnés.

Une définition

Il s’agit, sur un territoire identifié de mettre le patrimoine géologique au service du développement durable en l’associant étroitement aux autres composantes naturelles, culturelles, matérielles ou immatérielles qui fondent l’identité du lieu.

Un label de qualité

Le label #3Géoparc mondial de l’UNESCO est attribué à un territoire rural pour la richesse de son patrimoine géologique, naturel et culturel. Ces prérequis sont au fondement de ce label de qualité octroyé pour #44 ans renouvelables par l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture).

Des missions spécifiques

Au point de départ des Géoparcs se trouvent des #6sites géologiques. Témoins de l’histoire de notre planète, leur étude permet à la fois de comprendre la longue évolution de la Terre mais aussi de mieux saisir l’équilibre de notre écosystème actuel. À ce titre, ils constituent un patrimoine précieux et unique.

Un Géoparc a donc pour mission de valoriser l’ensemble der ces patrimoines en développant un des actions raisonnées. Il s’attache notamment à :

  • Préserver les #7géosites qui, par essence, sont aussi vulnérables que le vivant : érosion, tremblements de terre, altération ; autant de processus qui les abîment.
  • Développer et entretenir une conscience géologique auprès du grand public grâce à des #8outils pédagogiques.
  • Impulser une stratégie de #9développement économique et touristique durable.
  • Associer les habitants à cette démarche, en tant que #10partenaires, acteurs et agents essentiels du dynamisme de la région concernée.
  • Promouvoir une approche globale où l’ensemble des #11patrimoines locaux sont mis en valeur.

Pour autant un Géoparc n’est pas un outil réglementaire supplémentaire : les Géoparcs utilisent généralement les lois et règlements existants pour préserver leurs patrimoines.

Un développement territorial pour un rayonnement international

Par les diverses actions que l’on vient de lire, un Géoparc mondial de l’UNESCO est donc un agent de développement du territoire d’un type particulier, mais un agent de développement à part entière ! En outre, grâce à son label et sa participation au réseau mondial de l’UNESCO, il apporte à ce territoire un fort rayonnement international.

Aujourd’hui, #12140 Géoparcs mondiaux de l’UNESCO se répartissent sur l’ensemble des continents.

Un programme à part entière de l'UNESCO

Le 17 Novembre 2015, lors de la 38 ème conférence générale de l’UNESCO, les 195 États membres des Nations Unies adoptent le nouveau programme : le Programme International des Géosciences et des Géoparcs (PIGG). Les Géoparcs deviennent un programme à part entière de l’UNESCO.

Pour en savoir plus : #14Les statuts du Programme International des Géosciences et des Géoparcs.

Le statut juridique

Chaque Géoparc possède un statut juridique. Le statut juridique des Géoparcs tient compte du contexte local et se conforme à la législation du pays où il est établi. Par exemple, #15l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence s’étend sur deux collectivités territoriales : #16Provence Alpes Agglomération et #17la Communauté de communes du Sisteronais Buëch. Il regroupe à ce jour 60 communes. Si Provence Alpes Agglomération assure le portage juridique du Géoparc, les deux collectivités, avec les communes, travaillent en étroite collaboration pour permettre la réalisation des missions du Géoparc. Enfin, un Géoparc est une organisation qui adhère et participe activement à un réseau mondial : le Global Geoparks Network (GGN).

Un réseau mondial

Chaque Géoparc mondial de l’UNESCO travaille en étroite coopération avec les autres Géoparcs répartis dans le monde grâce aux réseaux internationaux, continentaux et nationaux.

La coopération, qu’elle soit locale ou internationale, est l’un des grands principes de l’action menée par les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO. A ce titre, de nombreuses rencontres sont organisées chaque année par les différents réseaux, telles la Conférence Internationale des Géoparcs (qui a lieu tous les deux ans) ou la Formation Intensive sur les Géoparcs. Cette formation a lieu deux fois par an : l’une en Grèce au sein de l’UNESCO Géoparc de l’île de Lesvos et l’autre en Chine dans l’UNESCO Géoparc de Fangshan.

Le réseau mondial

GGN_logo Couleur

Créé en 2004, le GGN (Global Geoparks Network) se réunit tous les deux ans et travaille en commission pour développer des outils communs et encourager le partage des savoir-faire et l’échange des bonnes pratiques. La mise en œuvre de projets communs tend à une amélioration permanente de la qualité des Géoparcs.

Les réseaux régionaux

EGN_logo Couleur

L’UNESCO Géoparc de Haute-Provence est membre actif du réseau européen appelé EGN (European Geoparks Network). Ce réseau se réunit deux fois par an et initie des projets collaboratifs.

D’autres réseaux se structurent dans les différentes grandes régions du monde : #21Asie Pacifique ; Amérique latine et caraïbe ; Amérique du nord et un réseau africain.

Les Géoparcs français

CNGF_logo-Couleur

Le CNGF (Comité National des Géoparcs de France) est une association représentant les différents UNESCO Géoparcs français, actuellement au nombre de sept. Son but est de coordonner et promouvoir leur activité en renforçant leur coopération, l’échange d'expérience et la mise en place de projets nationaux. Le CNGF soutient également la création de nouveaux Géoparcs mondiaux en les accompagnants dans leur candidature auprès de l’UNESCO.