La Haute-Provence, berceau
des Géoparcs mondiaux de l’UNESCO

Depuis le milieu des années 70 jusqu’au début des années 80, de jeunes géologues passionnés s'investissent d’une mission d’inventaire géologique dans les Alpes de Haute-Provence. Progressivement, leur mission va évoluer vers une démarche de protection de sites géologiques. À l’époque, ce n’était qu’une lointaine préoccupation publique.

Mais de leur travail, naît l’idée de « patrimoine géologique », qui va gagner la conscience collective jusqu’à impulser l’écriture d’un texte majeur en 1991 : la #1Déclaration internationale des Droits de la mémoire de la Terre.

Dans son approche scientifique, l’équipe de géologues interroge le rôle de la géologie dans la constitution du territoire et dans la conscience des hommes qui l’habitent. Ils établissent progressivement toute une philosophie autour du patrimoine géologique qui deviendra un concept résolument holistique, une vision innovante pour l’époque, réunissant plusieurs champs d’investigation et surtout, associant l’ensemble des patrimoines.

Comment d'une préoccupation de préservation de la géologie locale, arrive-t-on à un concept de développement territorial international, le Géoparc ? Pour cela, il aura fallu la rencontre d’un géologue Français et d’un Grec en 1996 : d’une passion commune, naîtra l’ambition de préserver et valoriser des territoires ruraux à travers leur patrimoine géologique.

ITB Berlin 2018, le premier salon mondial du tourisme avec des équipes provenant des UNESCO Géoparcs du monde entier

De l’inventaire de sites géologiques à la création d’une Réserve

Retour en 1978. La ville de Digne souhaite relancer et diversifier son activité touristique. Elle propose une bourse d’étude à l’Université de Provence à Marseille pour faire l’inventaire des richesses géologiques de Digne et ses alentours dans le but de rédiger un guide de ces sites géologiques.

#2Guy Martini, alors étudiant en troisième cycle, se lance dans l’inventaire. D’autres étudiants, tels que Nadine Gomez, actuellement conservatrice du #3Musée Gassendi et de la #4Maison Alexandra David-Neel, se joignent à lui pour participer à cinq chantiers de fouilles de sites fossilifères pour enrichir le recensement. Mais très vite, Guy Martini se rend compte que ces sites sont en mauvais état.

De plus, un commerce de fossiles est en place avec des marchands et collectionneurs. Des guides de sites fossilifères organisent des voyages depuis les Pays-Bas jusqu'à Digne. La #5dalle aux ammonites, déjà connue à l’époque perd des spécimens paléontologiques… Des mesures de protection doivent être prises urgemment.

Tout en demandant l’annulation de sa mission de rédaction d’un guide, qui risquait de contribuer encore un peu plus au pillage des sites, #6Guy Martini propose au contraire la création d’une réserve naturelle pour protéger et valoriser ces sites en danger. Une initiative avant-gardiste puisqu’à l’époque, il n’existe aucune expérience de ce genre dédiée à la géologie.

L’adjoint à la culture de la ville de Digne, le vétérinaire Bernard Dellacasagrande, comprend tout de suite cette nécessité et convainc le Maire de l’époque, Pierre Rinaldi, des enjeux de la démarche. Ce dernier soutiendra inconditionnellement le projet au cours des années. D’autres personnalités apportent leur soutien : le sénateur Fernand Tardy et Claude Rousset, professeur de géologie de l’Université de Provence.

Dès lors, 18 sites sont stratégiquement choisis pour leur importance paléontologique et scientifique. Ils sont également choisis dans une vision prospective du territoire. La #7Réserve Naturelle Nationale Géologique de Haute-Provence est #8inaugurée en 1984.

VIDEO 1 (lien 8, inauguration de la réserve géologique)

L’émergence de la notion de « patrimoine géologique »

En 1986, le #9procès d’un pillage de sites fossilifères du département est amplement médiatisé : un petit groupe d’Italiens est arrêté avec une remorque remplie de fossiles dans le camping de Barrême. Pour la première fois en France, des pilleurs de fossiles sont condamnés. Cet événement renforce la prise de conscience collective. La protection des sites géologiques devient une nécessité, il en va du patrimoine local et commun à tous. Le terme de patrimoine géologique émerge.

VIDEO 2 : le procès

Le 1er Symposium international autour du patrimoine géologique à Digne-les-Bains

En 1991, la Réserve géologique organise à Digne-les-Bains, sous l’égide de l’UNESCO, le #101er Symposium international sur la protection du patrimoine géologique. Près de 200 participants issus d’une trentaine de pays se réunissent pendant quatre jours. Ils mettent en commun leur expérience et leur approche de la protection du patrimoine. À l’issue de leurs travaux, ils adoptent la #11Déclaration internationale des Droits de la mémoire de la Terre connue dans le monde entier sous le nom de “Déclaration de Digne”. Il s’agit du texte fondateur du patrimoine géologique. Jamais un texte auparavant n’avait été publié sur le sujet. La protection était surtout l'apanage des scientifiques qui s’intéressaient aux fossiles en tant qu’objet d’étude. La géologie, véritable garant de la mémoire de la Terre, est désormais, au même titre que d’autres patrimoines, un héritage du passé de la Terre à destination des citoyens d’aujourd’hui et des générations futures.

VIDEO 3 (symposium)

Une volonté de décloisonnement, une vision transdisciplinaire

Au-delà de son intérêt scientifique, la géologie a beaucoup à apporter. Pour cela, il faut l’extraire du sérail académique et scientifique : il faut décloisonner les savoirs.

Progressivement, l'équipe de la Réserve, qui compte désormais de nouveaux jeunes géologues, étend son champ d’action à l’ensemble des patrimoines du territoire. Elle part d’un principe : un territoire est constitué d'éléments géologiques supportant une végétation où vivent des hommes qui ont une histoire à raconter. Une nouvelle philosophie est peu à peu mise en place. Pour la première fois, un lien se noue entre le temps de la Terre et celui de l’Homme. Cette approche interroge le rôle de la géologie dans le paysage et dans l’histoire des Hommes : ces hommes qui se répartissent sur la terre en fonction des reliefs et des ressources naturelles qu’elle offre.

VIDEO 4 (Anniversaire 10 ans de la réserve)

Cette vision élargie du patrimoine géologique ouvre la porte à de nombreuses rencontres enrichissantes : #13philosophes, écrivains, danseurs (tel Générik Vapeur, une compagnie de théâtre de rue ou le Ballet Atlantique de Régine Chopinot). Cela attire également des artistes contemporains de renommée internationale comme #14Andy Goldsworthy. Ces artistes inscrivent progressivement dans le territoire une #15collection d’œuvres d’art en pleine nature. Cette approche transdisciplinaire est d’une grande originalité pour l’époque.

VIDEO 5 (Horloge géologique)

Associer les habitants, les « façonneurs de mémoire »

Progressivement, la volonté est d’associer les habitants du territoire à cette démarche : les habitants qui affectionnent leur pays, ses paysages, sa culture et ses valeurs. Ils portent en eux la mémoire de leurs ancêtres : qui mieux qu’eux peut la transmettre, la partager ? Un réseau de “façonneurs de mémoire” se constitue, des partenaires locaux : accompagnateurs en montagne, d’artisans, de producteurs…

Benoît de Souza, céramiste et artiste plasticien de Digne à l’idée de créer des céramiques portant des fossiles.

Poursuivant dans ce parti pris et dans la volonté de partager et transmettre les patrimoines locaux, l’équipe de géologues accueille non seulement le grand public mais aussi les #16scolaires de villages alentours et des classes de découvertes itinérantes. Ils visitent le territoire, sur les traces des colporteurs qui traversaient autrefois les montagnes à dos d’âne avec leurs marchandises. Ils découvrent les anciens #17fours à chaux, les #18ammonites, les #19étoiles de Saint-Vincent, les hauts-lieux de la #20Résistance ou encore les #21terres noires … Ils rencontrent également les anciens des villages.

9 PHOTOS D’ARCHIVE, défilant en diaporama, « SCOLAIRES VISITES » (lien 15)

A l’époque, partager et donner à comprendre le patrimoine géologique au grand public était totalement nouveau. L’équipe de la Réserve est alors invitée dans #22plusieurs émissions télévisées de type actualité scientifique. Les émissions vont même jusqu’à se dérouler sur les sites géologiques.

[ffb_section_0 unique_id="367mfoo5" data="%7B%22o%22%3A%7B%22gen%22%3A%7B%22ffsys-disabled%22%3A%220%22%2C%22ffsys-info%22%3A%22%7B%7D%22%2C%22type%22%3A%22fg-container-fluid%22%2C%22no-padding%22%3A%220%22%2C%22no-gutter%22%3A%220%22%2C%22gutter-size%22%3A%22%22%2C%22match-col%22%3A%220%22%2C%22match-col-sm%22%3A%22inherit%22%2C%22match-col-md%22%3A%22inherit%22%2C%22match-col-lg%22%3A%22inherit%22%2C%22show-divider%22%2